107052-ON6EIW-675.jpg
Taillez votre talent brut, et monnayez-le plus cher !

Fixer son tarif, ou trouver sa valeur ?

En tant que Free-lance, vous êtes amené à facturer votre temps de travail/ prestation de service/ conseils à vos clients. Fixer son tarif, lorsque l’on débute, est très compliqué. Pourquoi ? Parce que le modèle le plus répandu est celui du salariat… Or, ses codes ne s’appliquent plus lorsque l’on se lance dans le travail indépendant !

1- Votre disponibilité :
Contrairement au salarié, le free-lance n’a ni congés payés, ni assurance chômage, ni indemnités ou primes… Et les jours non travaillés (et donc non rémunérés), il doit pourtant continuer à vivre et à payer ses factures… En tant qu’indépendant vous devez donc vous constituer une trésorerie, et cela justifie une partie de votre tarif (votre disponibilité pour vos clients engendre des contraintes que vous seul supportez, vous devez donc vous faire payer en conséquence).

2- Vos tâches non rémunérées :
Administratif, relances clients, démarchage, veille, communication… Toutes ces activités font partie intégrante du service que vous vendez à votre client : grâce à elles, vous êtes disponible, en règle et compétent pour vos missions. Pour espérer être rentable, il vous faudra essayer de compenser le temps passé à ces tâches non rémunérées par un tarif journalier adapté.

3- Vos charges :
Celles-ci varient essentiellement selon le statut choisi pour votre activité ( auto-entrepreneur, EURL, SASU, hébergement en société de portage, artiste à la MDA…). Vos charges englobent vos cotisations sociales, votre retraite, votre mutuelle, vos assurances, votre comptabilité, la location de votre bureau… Et peuvent représenter un pourcentage non négligeable de votre Chiffre d’Affaire !
Il existe aujourd’hui de nombreux simulateurs en ligne vous permettant de calculer vos charges fixes ( et votre revenu mensuel cible ) : le calculateur en ligne du site Kob-One ( https://www.kob-one.com/calcul-salaire-freelance/ ) vous donnera de précieuses informations, ainsi que le site freelance-info.fr ( https://www.freelance-info.fr/simulation_freelance.php ). Des plates-formes de free-lances telles que Malt, par exemple, publient régulièrement des sondages et des enquêtes sur les revenus des free-lances en France, par région et par secteur d’activité ( https://www.malt.fr/t/barometre-tarifs ). Enfin, la revue Socialter publie régulièrement un état des lieux du free-lancing en France, vu par différents prismes ( salaires, missions, lieux de vie, mais également entraide, tiers-lieux, engagement et revendications au quotidien, organisation sociale, etc.). Le nouveau numéro Hors-série consacré au freelancing est d’ailleurs actuellement en souscription sur kisskissBankBank, un site de crownfounding, n’hésitez pas à soutenir la parution et à commander le vôtre en avant-première 🙂 ! ( Il vous reste 20 jours à compter de la sortie de cet article, c’est par ici : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/hors-serie-freelance-entraide-ou-loi-de-la-jungle ).

Group of people holding question mark icons
… Un peu d’aide ?

Concrètement, alors, on fait comment ?

La Coopérative d’Activités et d’Emplois dans laquelle mon activité est hébergée ( en gros, le fonctionnement d’une CAE se rapproche d’une société de portage, avec un aspect social plus prononcé) produit un document pour aider les porteurs de projets à établir leur salaire net potentiel (et le CA mensuel correspondant à réaliser). Cela peut se résumer en cette formule de calcul :
Chiffre d’affaires Hors Taxe – Achats = Marge Brute
Marge Brute – Charges ( variables et fixes ) = Salaire Brut
Salaire Brut – Charges sociales = Salaire Net.

Donc, à titre d’exemple, nous allons faire le calcul en partant d’un Chiffre d’Affaires Hors Taxe ( CAHT) qui nous permettrait de nous sortir un SMIC mensuel ( 1100€ Net environ, à l’heure actuelle ) :

Chiffre d’affaires Hors Taxe (2491€) – Achats ( déplacements ( train-hôtel…), matériel, etc; comptons 300€) = 2191€ Marge Brute
Marge Brute (2191€)- Charges ( variables et fixes, env. 800€ : comptable, gestion, mutuelle, charges diverses ) = Salaire Brut (1391€)
Salaire Brut (1391€)- Charges sociales (290€) = Salaire Net (1101€).
Il vous faudra donc, à minima, réaliser un Chiffre d’Affaires Hors Taxe deux fois plus grand que le salaire que vous visez. Si on part sur un SMIC mensuel, on visera donc environ 30 000 à 33 000€ HT de Chiffre d’Affaires Annuel ( plus si vous avez de gros frais, bien sûr).

Partons donc sur 33 000€ HT de CA (Chiffre d’Affaires) Annuel.
-Déjà, accordons-nous un mois de vacances sur l’année: nous voilà avec un objectif de CA sur 11 mois, soit : 3000 € de CA HT/ mois à réaliser.
-Définissons notre temps de travail dans un mois :
 disons 15 jours de travail ( 3 semaines de 5 jours ouvrés ), + 5 jours réservés aux démarches ( démarchage client, mise à jour site, compta, relances, etc.) Nous voilà avec 3000 € : 15 = 200€ / jour.
200€ / jour est un salaire freelance « plancher » pour un graphiste, et c’est encore assez éloigné de la réalité du terrain (comptez plutôt 260/ 280€ jour pour un graphiste freelance débutant, en Province… Sur Paris, on est déjà à 380€/ jour (source: Malt.fr)).

 

17730.jpg

Pourquoi vous ne devez pas hésiter à facturer plus que 250€ / jour ?
Plusieurs éléments manquent au calcul que nous venons d’effectuer. En effet, celui-ci ne prend en compte que le Temps de Travail Effectif… Or, voici au moins quatre raisons de facturer votre temps de travail plus cher (et donc de réduire vos heures de travail) :

1- Vous avez une vraie expérience dans votre métier, plusieurs années à votre actif, même en tant que salarié.e ? Facturez plus cher, car l’expérience se monnaie. Gardez en tête cette fameuse phrase d’Auguste Renoir : « Ce dessin m’a pris cinq minutes, mais j’ai mis soixante ans pour y arriver» : si vous êtes fiable et performant face à votre client, c’est grâce à votre expérience acquise au fil des ans et des missions.

2- Votre disponibilité, votre flexibilité et votre liberté se paient. Les indépendants sont une force vive et un vivier de talents pour vos clients, ne l’oubliez pas !

3- Bichonnez vos clients et donnez-leur de l’importance. Ne feignez pas l’intérêt et ne passez pas à côté de la relation client, même si vous êtes mal à l’aise au début avec cette partie de votre activité. Votre client et sa satisfaction doit être au cœur de votre projet d’activité, je ne le répéterai jamais assez ! 🙂

4- Enfin, n’oubliez pas votre valeur ajoutée : votre connaissance particulière d’un territoire, d’un environnement pro, d’une technique rare, ou la combinaison de plusieurs choses (encore mieux !)

Ces conseils vous ont-ils été utiles ? N’hésitez pas à laisser des commentaires pour me faire part de vos propres expériences de free-lances et me permettre d’implémenter cet article 🙂 !

À très bientôt !

Anne

PS : cet article est extrait de mon ebook « Boostez votre activité Free-lance avec la loi des 80/20 », un recueil de bonnes pratiques pour tous les indépendants, à télécharger ici : https://www.amazon.fr/dp/B07LCXQCGS

Boostez votre business
https://www.amazon.fr/dp/B07LCXQCGS

 

 

 

2 commentaires sur « Profession Free-lance, épisode 4 : »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s