Pégase, la foudre et l’espace…

Foudre.png

C’est officiel, me voici la « scribe » attitrée du 2e Symposium International sur la Foudre, qui se tiendra à Champs-sur-Tarentaine (Cantal), en mai prochain !

Pour ceux qui me connaissent un peu, le chemin doit sembler peu banal, des studios d’animations aux laboratoires de recherche 🙂 … et pourtant, j’ai toujours eu de l’intérêt pour la science ( même si mon niveau en maths m’a définitivement persuadé de ne pas m’aventurer dans une filière scientifique ! …).

En fait, j’adore la physique ( et surtout l’astrophysique), d’où mon émotion d’avoir pu rencontrer Hubert Reeves lors de son passage à Clermont-Ferrand… Et c’est également lors de cette conférence que j’ai rencontré M.Piccoli, directeur du laboratoire de recherche sur la Foudre. En voyant mes « croques-rendus », celui-ci m’a gentiment invitée à venir croquer sur le Symposium de 2 jours. Il est persuadé de l’impact du dessin comme vecteur de vulgarisation scientifique, et je ne peux qu’abonder dans son sens !

Depuis mes débuts dans la pratique de la facilitation graphique et du sketchnoting, j’ai eu l’occasion de travailler avec plusieurs organismes scientifiques ( associations, universités, chercheurs, Sociétés d’accélération de transfert de technologies… et maintenant laboratoires), et jamais les croquis explicatifs ne m’ont paru aussi pertinents que dans ces situations.

Le monde scientifique évolue à une telle vitesse ( bien plus vite que les entreprises, à mon avis) et reçoit une telle somme d’informations ( dernières découvertes, articles, conférences, thèses de chercheurs, sites spécialisés… dans tous les domaines de la recherche ), qu’il devient nécessaire, aujourd’hui, de trouver des techniques pour retranscrire ces informations afin qu’elles soient compréhensibles, assimilables et que l’on puisse recouper ces données entre elles, afin de créer de nouvelles connections qui n’aurait peut-être pas eu lieu, noyées dans un océan d’informations…

Les dessinateurs/ trices de BD ont déjà compris depuis fort longtemps l’utilité de leur art au service de la vulgarisation  ( voir les blogs de Boulet, qui a testé un voyage en apesanteur, le fabuleux blog « Tu mourras moins bête« , l’article de Penelope Bagieu sur le chalutage en profondeur,.., ou encore les reportages BD… les exemples ne manquent pas ! ). Dans tous les domaines artistiques ( spectacle vivant, musique, dessin, littérature…), des artistes tissent des liens entre leur pratique et l’actualité, la recherche, la politique… c’est captivant et ultra-motivant !

Pour finir, le laboratoire sur la foudre ne s’y est pas trompé, et place la vulgarisation au cœur de ses préoccupations : cette année, c’est un artiste ( passionné de sciences) qui reçoit la « médaille scientifique Pégase ». pour ses travaux de vulgarisation scientifique : j’ai nommé Alexandre Astier ( comédien, réalisateur, musicien… entre autres ), pour son exo-conférence.

N’hésitez pas à réagir à cet article, bonne journée !

Anne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s